Nous passons plus de 80% de notre temps, en moyenne, dans des espaces clos, que ce soit à la maison, au bureau ou dans nos voitures.

Or, on estime que l’air de nos intérieurs est 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur qui défraie pourtant souvent la chronique !

Si l’on considère le fait que 15’000 litres d’air transitent chaque jour par nos voies respiratoires (le double chez les nouveau-nés !), on se rend compte qu’assurer une bonne qualité de l’air intérieur n’est donc pas un choix mais une nécessité !

Les impacts de cette pollution sont divers :

  • Tout d’abord, des conséquences sanitaires plus ou moins graves via :
  1. Les allergies : actuellement 25 à 30% de la population française souffre d’au-moins d’une allergie, avec des manifestations cutanées ou respiratoires.
    Ce chiffre est en perpétuelle augmentation, avec de plus en plus d’allergies croisées qui compliquent la vie de nombreuses personnes !
  2. L’asthme et autres insuffisances respiratoires qui touchent eux-aussi un nombre croissant d’individus
  3. Divers cancers, notamment le cancer du poumon
  • Mais aussi des conséquences économiques qui pèsent de plus en plus lourd : Une étude de 2014, réalisée conjointement par l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur et l’Université Paris I, évalue le coût socio-économique de la pollution de l’air intérieur à 19 milliards d’euros par an rien que pour la France !

A noter que cette étude ne portait que sur 6 polluants alors qu’il en existe des centaines, sans même parler des effets cocktails !

La notion de qualité de l’air intérieur (QAI) est une notion de confort, au même titre que le confort thermique ou acoustique.

Tout l’enjeu réside dans le fait de concilier tous ces paramètres pour trouver le meilleur équilibre pour chaque habitat, même si cela peut paraître complexe ou antinomique de prime abord !

Mais d’où viennent ces polluants ?

Les origines des polluants sont nombreuses dans les bâtiments et proviennent, entre-autres, des matériaux de construction, de bricolage ou d’entretien.
Ces derniers contiennent souvent des substances toxiques qui s’avèrent dangereuses tant pour l’environnement que pour notre santé (irritation de la peau, des yeux et des poumons).

Il existe néanmoins des alternatives via des produits d’entretien plus écologiques ou des produits « fait-maison ».

Nous vous proposons une recette (parmi d’autres) d’un nettoyant multi-usage :

  1. Dans un litre d’eau, diluez une cuillère à soupe de savon noir ménager liquide.
  2. Ajoutez le bicarbonate de soude.
  3. Versez 5 à 10 gouttes d’huiles essentielles. Le Tea Tree (arbre à thé), la citronnelle, la menthe poivrée, la cannelle ou encore le thym et le girofle sont connus pour leurs effets antiseptiques et antibactériens.

Le mélange peut être vaporisé, puis rincé, sur tous types de surfaces ou être dilué dans de l’eau pour les sols. 

Nous vous conseillons d’utiliser des gants lors de son utilisation (et plus généralement dans toutes vos tâches ménagères) car le savon noir ou les huiles essentielles (HE) peuvent irriter les peaux sensibles.

Nous vous rappelons que les HE ont des principes actifs et doivent par conséquent être utilisées avec précaution car elles peuvent être photosensibilisantes ou dermocaustiques.

New Home Concept peut vous aider à mesurer et identifier certaines sources de pollution de votre logement. Nous vous apportons les solutions et les bonnes pratiques pour améliorer votre QAI et votre santé !

Découvrir nos autres articles